lundi 2 janvier 2012

Le retour à l'être : le rêve. Jean Parvulesco

Jean Parvulesco ne confirme pas la thèse qui affirme de façon apparemment contradictoire : le rêve est inférieur au réel et constitue l'outil de révélation (plus ou moins efficient) d'une pensée inconsciente. L'idée directrice de son travail annonce : le rêve est un mode de création par l'être ainsi déployé, dont la fonction tient à répliquer les zones les plus originelles de soi-même pour faire survenir au réel la mission native de l'individu qui "rêve". Il ne s'agit pas forcément du rêve du sommeil, mais de chacune des expériences - même éveillées ou conscientes - dans lesquelles s'établissent des lignes de jonction entre ce que la réalité peut et ce que le rêve veut. Le rêve, en droit, étend à partir de la figuration originaire et fonctionnelle de l'individu une pensée déviée du chemin majoritaire, qui permet d'accéder à son propre chemin, l'être tel quel. En tant que clé ouvrant l'accès au pouvoir matriciel de tout étant humain, il fait office de carnet de correspondances entre soi et soi. Le rêve produit au réel est véritable, et c'est la "réalité" extirpée du rêve qui est inexacte dans son pouvoir : l'objectivité du réel est sous la dépendance d'un rêve du réel, souffleur scénique du monde physique "authentique".



Michel D'Urance, "Applications du rêve", in : Jean Parvulesco, Un Retour en Colchide, Guy Trédaniel, 2010, p. 8

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire