mercredi 19 janvier 2011

Carlos Castaneda. Le redéploiement de l'énergie (Passes magiques ou Tenségrité)




La tendance naturelle des êtres humains, disait-il, est d’expulser l’énergie hors des centres vitaux qui, sur le côté droit du corps, sont situés juste au bord de la cage thoracique, dans la région du foie et de la vésicule biliaire ; du côté gauche, au bord de la cage thoracique encore, dans la région du pancréas et de la rate ; dans le dos, juste derrière des deux autres centres, autour des reins et un peu au-dessus, du côté des glandes surrénales ; à la base du cou, sur le V formé par le sternum et les clavicules ; et chez les femmes autour de l’utérus et des ovaires.
- Comment les humains expulsent-ils cette énergie, don Juan ? questionnai-je
- En se rongeant les sangs, répondit-il. En succombant au stress de la vie quotidienne. Les contraintes journalières prennent un lourd tribut sur le corps.
- Et qu’advient-il de cette énergie, don Juan ?
- Elle se rassemble à la périphérie de la boule lumineuse, pour former un épais dépôt, comme une écorce. Les passes magiques s’appliquent à l’être humain tout entier, en tant que corps physique et en tant qu’agrégat de champs énergétiques. Elles remuent l’énergie qui s’est accumulée dans la boule lumineuse et la renvoient vers le corps physique. (…) La véritable magie de ces passes tient dans le fait qu’elles renvoient les sédiments d’énergie vers les centres vitaux, d’où la sensation de bien-être et de vigueur qu’éprouve le praticien.

Carlos Castaneda, Passes magiques, 1998. Editions du Rocher, 1998, traduction Emmanuel Scavée, page 25.

5 commentaires:

  1. Quel est l’effet des passes magiques ? La métaphore des deux moteurs, à essence/à l’énergie naturelle
    Imaginez-vous deux moteurs, l’un, classique, fonctionnant à l’essence, ou au diesel, l’autre, électrique, fonctionnant à partir de l’énergie solaire. Le moteur « essence » correspond à notre moteur quotidien, celui dont nous avons hérité de la génération de nos parents, le moteur « solaire » correspondant à notre moteur alternatif, alimenté par l’énergie collectée par les passes magiques. Le développement de ce moteur reste en grande partie à inventer, bien que la source d’énergie qui l’alimente existe depuis toujours.
    Au quotidien, nous fonctionnons avec notre moteur « essence ». Ce moteur nous sert à gérer la routine ; c’est un moteur polluant et qui consomme beaucoup d’énergie. Il marche bien quand il est neuf, mais il arrive qu’il tombe en panne, et au bout d’un certain temps il commence à gripper, à tousser, à cracher de plus en plus de fumée noire. Il est loin de ses performances originelles. On peut imaginer autant de types de moteurs qu’il y a de types d’individus, de personnalités différentes : du moteur 2CV simple, peu consommateur d’essence et « increvable », au moteur de Mercedes, ultra puissant, à celui de la Ferrari, rutilant, grondant et permettant d’atteindre les 315 km/h, mais ultra consommateur d’énergie (18 litres au 100Km !!!). Il y a encore les moteurs de Poids Lourds (40 L/100km), les vieux moteurs ultra polluant et puants, les petits moteurs économiques qui durent, faciles à remettre en bon état, les moteurs de berlines et breaks familiaux qui sont dans la moyenne en terme de puissance et de pollution. Tous les différents types de moteur doivent être révisés et entretenus régulièrement si l’on ne veut pas qu’ils se détériorent trop vite.

    L’autre moteur est un moteur « propre ». Il est bien entendu non polluant, parce que fonctionnant à l’énergie naturelle, celle du soleil par exemple. Il est également quasiment silencieux. Le type d’énergie mobilisé existe depuis la nuit des temps ; son existence est liée à l’existence de la Terre et du Soleil. Les hommes l’ont toujours connue mais ils ont oublié comment s’en servir, comment y avoir accès. Certains hommes de certaines cultures avaient appris à en apprécier la valeur, et à s’en servir, mais l’homme « moderne », celui des villes et des religions a tout oublié, reléguant son souvenir dans la superstition et la peur. Ce n’est que depuis peu que l’on comprend toute l’utilité de l’énergie solaire, par rapport au bilan environnemental ultra négatif des énergies « fossiles », qui nous sortent des profondeurs de la Terre sous forme de boues noires ultra toxiques. Alors que l’énergie fossile est relativement facile et rapide à utiliser (il suffit de la brûler pour produire de la chaleur), l’énergie solaire demande une technologie plus avancée, des recherches plus poussées, une plus grande patience (arrivé là, on pense aussi à la différence entre le côté obscur de la Force, et son côté lumineux)

    Ainsi, pour en revenir à l’analogie avec les passes magiques, faire des passes permet de mettre en marche le second moteur, plus doux, moins bruyant, non polluant et peu consommateur d’énergie. L’idée est donc de mettre en route ce second moteur le plus de fois possible, et le plus longtemps, pour qu’au fur et à mesure il prenne le pas sur l’autre moteur, le polluant. C’est l’objet des passes magiques.

    RépondreSupprimer
  2. Ajoutons à cela que les réserves d'énergie "solaire", "naturelle" sont quasiment infinies, alors que les réserves d'énergie fossile vont vers l'épuisement dû à leur surexploitation.

    RépondreSupprimer
  3. Par ailleurs, l'énergie "naturelle" est bien plus "démocratique" que l'énergie fossile : tout le monde y a accès, alors que l'accès à l'énergie "fossile" est totalement inégalitaire.

    RépondreSupprimer
  4. Les passes magiques sont un langage corporel. Sa signification, son premier niveau de sens s'adresse au corps physique. Mais les passes magiques ont également un sens plus profond. Ce sens est énergétique et s'adresse donc directement au corps d'énergie. Et le corps d'énergie dispose comprend directement le "sens" des passes magiques. Lorsque l'on dispose de suffisamment d'énergie, ou lorsqu'on est suffisamment à l'écoute/proche de son corps d'énergie, on saisi instinctivement le sens des passes.

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer